Serres D'Angresse – Fleuristerie – Animalerie – Pépinière

Lundi au samedi : 9h-12h / 14h-19h
Dimanche et jours fériés : 9h30-12h30 / 15h-18h30

Mon 1er poulailler…

Vous voulez vous lancer et accueillir des poules dans votre jardin? La perspective de bons œufs frais maison s’ajoute à celle d’avoir une compagnie sympathique quand on jardine ! Alors aménagez un espace poulailler et organisez leur venue bien avant qu’elles ne soient là.

 

A peine arrivée, les poules ont besoin non seulement de manger et de boire, mais aussi de prendre leurs marques et se familiariser avec leur environnement. Ce qui demandera environ dix à douze jours. Il faut donc tout prévoir en amont.

 

Un gîte confortable

-Le nichoir situé en hauteur doit comporter autant de « nids » que de poules, pour une bonne récolte des œufs, ainsi qu’un perchoir. Les poulaillers en bois sont esthétiques, faciles à nettoyer et confortables car ils isolent les nids de la chaleur ambiante en été et du froid en hiver. On compte en général 1m² par poule. Ne surpeuplez pas le poulailler pour éviter les conflits.

L’enclos

Pour transformer votre enclos en paradis pour gallinacés, quelques aménagements s’imposent.

  • Un enclos engazonnée, mi-ensoleillé et mi-ombragé, si vous ne voulez pas lâcher vos poules dans tout le jardin. La grandeur de celui-ci dépend aussi du nombre de poules, comptez environ 50m² pour deux poules. Si vous avez 100m² de disponible, partagez cet espace en deux parties pour que l’une se régénère pendant que les poules picorent l’autre.
  • Un coin protégé dans l’enclos, aménagé par exemple avec deux cloisons, deux panneaux ou deux morceaux de canisses assemblés en tente. Ce coin au frais remportera leur adhésion en été, et peut devenir le nid dans lequel elles pondent. Enlevez-le en automne, elles réintégreront le poulailler.
  • Un gros buisson au pied duquel elles pourront creuser leur nid à poussière, indispensable pour elles : elles s’y plongent avec délice pour débarrasser leur plumage des parasites en le poudrant de poussières ! Ce buisson doit aussi leur servir de cachette, donc comporter une ramure où elles peuvent grimper.
  • Une petite zone de sable grossier ou gravillons où elles pourront venir piocher des minéraux pour améliorer le broyage des aliments, faciliter leur digestion et solidifier la coquille des œufs. En hiver, vous compléterez avec des coquilles d’huîtres et autres coquillages concassés.

Le mangeoire et l’abreuvoir

  • Optez pour une mangeoire et un abreuvoir adaptés. Selon l’indépendance que vous voulez avoir, en particulier pendant les vacances, plusieurs modèles existent à la vente en jardinerie. Mais sachez que vous ne pourrez pas aller au-delà de 10 jours d’autonomie